Le Blog de la maîtrise opérationnelle et du management de l'énergie dans l'industrie


Parcourez nos articles, conseils d’experts et témoignages d’industriels : nos expériences vous font gagner du temps !
optimisation énergétique centrales de traitement d air cta

Maîtrisez vos centrales de traitement d’air !

Saviez-vous que la CTA – Centrale de Traitement d’Air – fait partie des équipements les plus complexes à maîtriser dans les usines ? Ce système autorégulé est parfois perçu comme une « boîte noire », et il n’est pas aisé d’en jauger les performances énergétiques. Pourtant, avec des outils adéquats, vos équipes sont en mesure de les optimiser. Il ne faudrait surtout pas passer à côté de cette opportunité.

 

Améliorez le pilotage énergétique de vos centrales de traitement d’air grâce à ce webinar

 

C’est pourquoi une application web métier est indispensable pour le suivi et l’optimisation énergétique de vos centrales de traitement d’air. En effet, les CTA sont exploitées pour atteindre des niveaux de qualité d’air exigeants dans les ateliers (poussières, humidité, température…). Pour cela, elles sont constituées de nombreux éléments contrôlant automatiquement divers paramètres de l’air (température, hygrométrie, pression…). Ces derniers sont si nombreux qu’identifier des pertes ou des dérives est très complexe. Les dysfonctionnements passent donc souvent inaperçus ! D’autre part, les équipes n’ont pas les mêmes expériences et pratiques de conduite, ils ne ciblent pas les mêmes problèmes. L’animation de l’énergie permettra ainsi une plus grande efficacité sur le terrain.

 

La centrale de traitement d’air : complexe ou systémique ?

Bien sûr, la CTA n’est pas un mystère. Cependant son fonctionnement repose sur un “chemin thermodynamique de l’air” qui détermine les traitements successifs à effectuer sur l’air extérieur et/ou intérieur, afin de l’amener à la qualité souhaitée au point de soufflage.

« Les étapes sont simples – chauffage, refroidissement, lavage…– mais sont toutes liées et concourent à ajuster les paramètres de l’air en totale coordination. Les batteries froides serviront à refroidir ou déshumidifier, et les laveurs à humidifier. La CTA offre ainsi plusieurs façons d’obtenir un même résultat, la difficulté réside dans la stabilisation de la configuration la plus performante.» explique Stéphanie Hoarau, Chef de projet efficacité énergétique.

 

Toujours quelque chose à faire

On pourrait penser qu’une fois bien paramétrée, la CTA atteindra puis maintiendra efficacement ses objectifs. C’est sans compter sur les inévitables dérives des sondes, vannes bloquées ou passantes, erreurs et saisies de consignes incohérentes… sans parler des événements exogènes comme la variation des conditions extérieures ou dans l’atelier.

« Le problème réside justement dans l’orientation objectifs  d’une CTA : elle cherche à satisfaire la consigne, et pourra l’atteindre même en mode dégradé, au détriment de sa consommation énergétique. Et même si l’on détecte une anomalie, via ses interfaces, encore faut-il savoir séparer la cause des symptômes. Un air chaud et sec sera humidifié puis refroidi. Si l’air est trop froid en sortie, pour cause de vanne trop ouverte par exemple, des batteries chaudes en aval pourront entrer en jeu. Pas facile de diagnostiquer d’un seul coup d’œil ce problème depuis la supervision ! » précise Stéphanie Hoarau.

 

La data à la rescousse !

Alors comment évaluer ce qui se passe vraiment dans votre CTA ? En collectant un maximum de données sur son fonctionnement, y compris (et même surtout) sur ses sous-systèmes.

« A partir des caractéristiques techniques de tous les composants d’une CTA, nous pouvons construire un modèle de fonctionnement théorique et une banque de situations combinant les données d’entrées (comme les conditions extérieures et consignes) et l’état précis des sous-systèmes : consigne sur telle vanne, niveau de température après tel équipement… On peut ensuite comparer avec la réalité, en temps réel, pour chercher d’éventuelles incohérences et alerter en cas d’écarts » dévoile Stéphanie Hoarau.

 

Les bénéfices du monitoring énergétique des CTA

Les gains potentiels sont significatifs car ils permettent d’échapper à des situations qui durent :

  • les surconsommations sont évitées,
  • la qualité de l’air est améliorée,
  • les coûts de maintenance sont réduits, car les durées de fonctionnement en mode dégradé diminuent (lorsqu’un équipement dysfonctionne, ses voisins vont chercher à compenser).

 

L’application CTA de Blu.e fonctionne déjà. Elle permet en un coup d’œil de savoir tout ce qui se passe dans votre CTA, et surtout de résoudre des problèmes « indétectés » auparavant. Alors on l’ouvre, cette boîte noire ?

 

Pour aller plus loin grâce à ce webinar gratuit, générez de nouveaux gains énergétiques tout en améliorant encore le rendement de vos centrales de traitement d’air.