Le Blog de la maîtrise opérationnelle et du management de l'énergie dans l'industrie


Parcourez nos articles, conseils d’experts et témoignages d’industriels : nos expériences vous font gagner du temps !

Numérique et économe en énergie, le méthanier intelligent prend la mer

Et si les technologies de l’usine du futur s’appliquaient aussi loin de la terre ferme ? C’est le sens du projet mené par Global LNG visant à équiper ses méthaniers (navires transportant du gaz naturel liquéfié) de la plateforme numérique de maîtrise énergétique Blu.e. Objectif : des navires plus performants et plus sûrs.

« Maman les p’tits bateaux qui vont sur l’eau ont-ils des jambes ? » Non, mais ils ont parfois un cerveau ! La preuve avec ces trois méthaniers du groupe ENGIE qui bénéficient aujourd’hui d’un dispositif de pilotage intelligent. « Nous avions de nombreuses données récupérées et encore inutilisées sur un de nos navires. Grâce à Blu.e nous avons pu structurer, visualiser et analyser ces données » explique Pierre-Yves Duclos, Shipping Technical Manager chez Global LNG. Cette business unit d’ENGIE veille sur le suivi technique des méthaniers en propriété ou affrétés par l’énergéticien.

 

Le choix d’une approche collaborative

Entamée en 2015, cette expérimentation a déjà permis d’intégrer une partie des données exploitables concernant le fonctionnement d’un premier bateau test au sein de la plateforme Blu.e. De quoi offrir une analyse de son comportement énergétique en mer. Autre élément inspecté dans le cadre de ce projet : la qualité du contenant.  « Le GNL est un gaz transformé en liquide. Son comportement physique se modifie en permanence car il y a toujours un peu de chaleur qui rentre dans un méthanier. Il est donc important pour nous de connaître le comportement du GNL dans la cuve. » Pour traiter ce point, Global LNG travaille avec le ENGIE Lab CRIGEN (centre de recherche du groupe ENGIE), qui possède l’expertise en comportement du GNL et qui œuvre donc en complémentarité avec Blu.e.

Pour réussir, le trio a fait le choix d’une approche collaborative articulée autour de réunions régulières de pilotage. « Notre objectif c’était que chacun apporte sa vision. Il s’agit de discuter tous ensemble, mais de nous répartir la tâche pour gagner en efficacité. Chaque partenaire a accès séparément à la plateforme afin d’étudier en détail les éléments qui le concernent. Les conclusions sont ensuite discutées en réunion avec les deux autres entités. » En combinant leurs données, les trois partenaires ont ainsi imaginé de nouveaux critères de suivi – et donc d’optimisation – de la performance du navire.

tableaux de bord GNL

 

Réduire l’évaporation du méthane dans les cuves

Quels sont les premiers bénéfices de cette expérience ? Ils portent d’abord sur l’évaporation du méthane dans les cuves ou « Boil-off gas (BOG) ». Les méthaniers ont la particularité de s’auto-propulser avec le BOG produit lors de la navigation, mais il est souvent supérieur aux besoins, et l’excès est perdu. Réduire l’évaporation dans les cuves c’est donc réduire les quantités de gaz perdues et, in fine, réduire la consommation énergétique du bateau.

L’utilisation de la plateforme Blu.e a également permis de mettre en lumière un certain nombre de bonnes pratiques à transmettre aux opérateurs pour gérer ces situations complexes et éviter les phénomènes de résonance dus aux mouvements de la mer, en agissant quand c’est possible sur la vitesse et le cap du bateau. Les partenaires pensent que grâce au Big Data et à leurs échanges, ils pourront bientôt trouver des moyens opérationnels de limiter ce phénomène.

 

Et demain ?

À terme, l’expérimentation devrait également permettre de déterminer le niveau optimal d’utilisation des moteurs et des équipements à bord. Mais ces défis nécessiteront d’instrumenter davantage de bateaux afin d’enrichir la base de données avec plus d’éléments de comparaison. Des méthaniers possiblement compatibles avec la plateforme Blu.e ont ainsi déjà été identifiés. Le cap est fixé : bon vent !